ORIENTATION

Les premières années de vie active

Les diplômés du supérieur occupent dans les trois premières années de vie active des emplois "de qualité supérieure"... pour 25% d'entre eux


Les diplômés du supérieur occupent dans les trois premières années de vie active des emplois "de qualité supérieure" pour 25 % d'entre eux, "de qualité moyenne" (45 %) et "de qualité médiocre" (30 %)... Un phénomène répandu dans toute la zone OCDE.

Les emplois de "qualité supérieure" (postes d'encadrement) sont occupés par un quart seulement des débutants dans la vie active, pour l'essentiel des sortants bac+5 d'écoles et de filières universitaires professionnalisées, notamment celles des spécialités médicales, selon une étude du Céreq sur le thème "Quels emplois pour les débutants du supérieur ?". Caractéristiques de ces emplois : un salaire médian élevé (+ 27 % par rapport au salaire médian de l'ensemble, qui s'élève à 1 350 euros).

De + 27 % à - 20 % par rapport au salaire médian

La deuxième classe d'emplois occupés par les jeunes diplômés regroupe les positions professionnelles de qualité moyenne : elle est la plus importante en volume, avec 45 % des emplois des sortants au cours de leurs trois premières années de vie active. Cette « classe moyenne » rassemble les professions intermédiaires et les enseignants, ainsi que certains emplois d'exécution situés dans les secteurs financiers, les services professionnels aux entreprises et l'administration.

Enfin, la troisième classe est celle des "positions professionnelles de médiocre qualité" : elle regroupe environ 30 % du total des positions professionnelles sur des postes d'employés des services et du commerce et d'ouvriers de l'industrie, dont les conditions d'emploi associent faibles salaires et instabilité. Ici, le salaire est inférieur de 20 % au salaire médian de l'ensemble.

L'OCDE confirme

Des constats que confirme à sa manière l'OCDE dans sa dernière publication "Regards sur l'éducation". On y apprend que 23 % des jeunes adultes (25-29 ans) diplômés de l'enseignement supérieur des pays de l'OCDE exercent en moyenne une profession qui ne correspond pas à leur niveau de qualification, lors de leur entrée dans la vie active.

Les disparités entre pays sont fortes : les diplômés sont dans l'ensemble davantage touchés au Canada, en Espagne, aux États-Unis, en Irlande et en Nouvelle-Zélande. Mais en France, en Islande et en Italie, ce sont les femmes qui ont beaucoup plus de risques que les hommes d'exercer une profession où elles sont surqualifiées, contrairement à l'Allemagne, l'Autriche, le Canada, la Grèce et la Turquie.

 

Le sexe toujours discriminant
En matière de surqualification, « les écarts entre les sexes s'établissent à 20 points de pourcentage chez les individus dont le niveau de formation est inférieur au deuxième cycle de l'enseignement secondaire [...], mais ne représentent plus que 8 points de pourcentage chez les diplômés de l'enseignement [supérieur] ». (Regards sur l'éducation 2010, OCDE).

©WapEduc

Retour
Accueil WapEduc