ORIENTATION

Bibliothèques universitaires

Les bibliothèques universitaires ne sont pas que de longues suites d'étagères remplies d'ouvrages rébarbatifs ou techniques.


Les bibliothèques universitaires ne sont pas que de longues suites d'étagères remplies d'ouvrages rébarbatifs ou techniques. On y trouve ce qui est utile aux études, on peut y travailler en groupe, accéder à Internet, voire trouver des livres de loisirs ou des films de Tarantino !

Certes "les situations sont très variables d'une BU à l'autre", souligne Christophe Pérales, vice-président de l'Association des directeurs de BU (ADBU), mais la plupart offrent des services similaires, l'objectif étant de faciliter vos recherches et de rendre l'espace plus convivial.

D'abord, plus d'hésitation en pensant qu'il va falloir encore remplir de la paperasse pour une inscription : dans la majorité des cas c'est votre carte d'étudiant qui vous donne accès à la BU. La plupart des BU ont également élargi leurs horaires d'ouverture. Et recruté davantage de moniteurs qui, au-delà du prêt et du rangement, sont aussi là pour vous orienter.

À titre d'exemple, à l'université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, 26 étudiants couvrant 5 postes à temps plein ont permis de passer sur le site principal de Guyancourt de 51 à 63 heures d'ouverture, y compris le samedi. Quant à la BU médicale de Boulogne, elle ferme tous les jours, hors week-end, à 23 heures.

Salles de travail, labos de langues, prêts de portables...

Ce que vous trouverez à l'intérieur constitue une autre raison de ne pas se priver d'user et abuser de votre BU. Outre des manuels en droit, médecine, économie, gestion, histoire... en plusieurs exemplaires car les étudiants en ont tous besoin en même temps , on trouve des livres d'exercices, de multiples titres de presse, dans toutes les langues, des encyclopédies et des dictionnaires en ligne, des cours podcastés, des e-books, des revues spécialisées imprimées et électroniques, des bases de données, etc.

Pour s'y retrouver, l'outil est le SUDoc, catalogue national qui permet de dénicher n'importe quel document et de savoir dans quelle BU il se trouve. Une vraie mine puisqu'il contient plus de 9 millions de notices qui décrivent les documents. Et pour ce qui n'est pas en ligne, sachez aussi que dans de plus en plus de régions, votre carte d'étudiant peut vous donner accès à d'autres BU d'une ville ou d'un territoire. Enfin, votre BU peut emprunter certains bouquins (ou photocopies) à une autre, voire à l'étranger.

Les BU ont fait de gros efforts

Au-delà de ces ressources classiques, les BU ont fait des efforts considérables pour proposer d'autres services ou types de documents. Vous y trouverez plus de places de lecture, de nombreux ordinateurs avec accès à Internet, des places câblées pour vos propres portables, des salles de travail collectif pour préparer des projets, des services de reprographie (photocopieuses, imprimantes, scanners), voire dans certaines des centres de ressources en langues pour pratiquer des langues étrangères.

Certaines prêtent aussi des mini-portables à ceux qui n'ont pas les moyens de s'en payer un. Enfin, des BU se transforment en véritables médiathèques afin d'être plus attractives et répondre à toutes les attentes des jeunes. Car, comme le note justement Christophe Pérales, "l'étudiant a aussi besoin de se distraire ! ". À Angers ou à Toulouse 3, par exemple, on propose de la littérature de loisir, des films de fiction, de la musique...

Des outils adaptés à la génération web

« Dans nombre de pays étrangers, cela fait longtemps que l'on considère que le ‘'métier d'étudiant'' s'apprend, ce qui suppose de les prendre au niveau où ils sont pour ensuite les faire progresser, en s'adaptant aux usages de cette génération née avec le web ».

Ce qui explique entre autres l'augmentation des supports en ligne : articles, thèses numérisées, cours...

C'est aussi dans cette optique que les BU proposent des formations à la recherche documentaire où l'on apprend, par exemple, que "les contenus accessibles par Google ne représentent qu'une toute petite partie du Web, et pas forcément la plus utile pour des études universitaires", poursuit Christophe Perales.

D'autres systèmes permettent aussi de réserver ou prolonger un prêt à distance, d'être informé par mail ou SMS d'un retard ou qu'un document réservé est à disposition.

Un peu de formation à la méthodologie documentaire

Toutes les BU font de la formation à la méthodologie documentaire (comment utiliser un catalogue, un moteur de recherche sur Internet, évaluer la pertinence des infos que l'on y trouve...) mais comme c'est rarement intégré dans les cursus, il ne faut pas hésiter à demander aux bibliothécaires à en bénéficier.

En licence, celle-ci est bien souvent intégrée dans le C2i (Certificat informatique et Internet) qui propose des modules d'initiation à la recherche documentaire, sur la propriété intellectuelle, sur le plagiat...

Les niveaux masters proposent aussi des formations orientées en fonction de leur spécialisation. En droit, par exemple, les étudiants apprennent à retrouver des documents spécifiques tels que des arrêts de cours ou textes de lois, ce qui n'est pas toujours facile sur le site Legifrance !

Rédigez votre contenu ici

©WapEduc

Retour
Accueil WapEduc